Géothermie

Le terme géothermie dérive du grec « geo » = terre et de « therme » = chaleur, dont la traduction signifie « chaleur de la terre ».

 

Définition selon VDI 1998 :

« L’énergie géothermique est de l’énergie stockée sous forme de chaleur et se trouvant sous la surface solide de la terre, synonyme : chaleur terrestre »

 

Cette énergie est composée à environ 30 % de chaleur résiduelle, dont l’origine remonte à la création de la terre. La chaleur résiduelle s’est développée à partir de l’énergie cinétique convertie, qui s’est formée par l’intermédiaire de dépôts de matière il y a environ 5 milliards d’années. La roche possède une faible conductibilité de chaleur. C’est pourquoi la chaleur résiduelle a été stockée. Environ 70 % de la chaleur terrestre provient de la désintégration radioactive provenant des isotopes du potassium (40K), uranium (235U et 238U) ainsi que du thorium (232Th). Cette désintégration radioactive provoque continuellement de la chaleur, qui est stockée par la roche.

 

Juste en-dessous de la surface terrestre, la température s’élève en moyenne à 10°C et augmente d’environ 3°C par 100 m en profondeur.

 

La chaleur terrestre n’est pas une forme d’énergie régénératrice parce qu’elle ne se renouvelle pas. Mais son potentiel sera encore utilisable pendant des millions d’années, ce qui lui donne la valeur d'une source énergétique régénératrice pour les hommes.

 

Par rapport à d’autres énergies renouvelables, la géothermie présente l’avantage de sa capacité d’approvisionnement de base. De plus, la chaleur terrestre ne dépend pas des conditions atmosphériques et est exploitée grâce à des procédés techniques très diversifiés. Cette forme d’énergie qualifiée de géothermie ménage particulièrement le climat. Selon l’application, elle se caractérise par un rapport très avantageux entre l’énergie primaire nécessaire et l’énergie utilisable.

 

Zusätzliche Information

www.thuerig.ch
Source : Fredy Thürig

Jetzt bookmarken

google.comlive.comdigg.comMister Wong